Le musée Gianni Caproni

Savoia Marchetti SM 79

Savoia Marchetti SM 79

Le musée est situé au sud de Trento, dans le Trentin, au nord de l’Italie. Il a été fondé par Giovanni Caproni. A l’origine du musée, il y a la décision de l’ingénieur de garder quelques-uns de ses modèles, parfois pour récupérer des pièces pour de nouveaux projets. Tout ceci, l’amena à créer le musée en 1927.

 

Ce choix n’est pas anodin, car il est effectué alors que la région du Trentin rejoint l’Italie suite à la Première Guerre Mondiale et surtout il s’agit de la région dont était originaire Gianni (diminutif de Giovanni) Caproni. Il est sur l’aéroport de Trento dans des bâtiments récents, proche de celui des hélicoptères des pompiers. Pour s’y rendre, il suffit de suivre l’autoroute A22 et de sortir à Mattarello.

 

Le musée a rouvert en 1992, a été intégré au réseau de musées scientifiques MUSE de la région. On y trouve une vingtaine d’avions, des documents d’époque, une reconstitution du bureau du « Dottore » Caproni ainsi que 2 simulateurs de SPAD aux couleurs de Francesco Baraca, l’as italien de la Première Guerre Mondiale (34 victoires).

 

La collection comprend peu d’avions pour les habitués des grands musées mais des pièces rares voire uniques :

Un Ansaldo S.V.A. 5 (n° 11777) de la 87a squadriglia ayant participé à un raid sur Vienne mené par Gabriele d’Annunzio et à un raid Rome-Tokyo en 1920.

Un Ansaldo A-1 « Balilla » dont les ailes sont séparées du fuselage. Sur le fuselage, une très belle peinture de Saint-Georges terrassant le dragon.

Mais aussi AVIA FL.3, Breda 19, Bücker 131, Caproni Bristol (de 1912, le plus anciens Bristol conservé), Caproni 6, Caproni 9, Caproni 100, Caproni 163, Caproni 193, Caproni-Trento F-5, Fokker D VIII (seul exemplaire original), Gabardini G.51 bis, Macchi M 20, Macchi MC 200 (des restes du fuselage), Macchi MB 308, T-6, les restes d’un Reggianne 2005, un Saiman 202 M et un très beau Savoia-Marchetti SM-79 sous cocardes libanaises.

 

Enfin, un F-104S est disposé à l’entrée.

En somme, un musée à visiter si vous passez dans les environs, voire si vous prenez l’autoroute A4 Milan-Venise. L’accueil y est très convivial, et comme très souvent en Italie, le sourire et l’amabilité sont compris dans le prix. Vous pouvez négocier le tarif réduit avec la carte d’adhérent de l’AAMA même si ce n’est pas prévu (ça a fonctionné cette fois-ci mais nous ne pouvons le garantir à tous les coups).

Charles Vignalou (AAMA)

Retour à la liste des musées.

 

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.